Chargement...
 

La femme du boulanger


Paroles et musiques : Gilles Maire
Sans enregistrement

Pour se forger la carcasse
On levait de grosses masses
On courait encore et encore
On nous voyait dans tous les sports

Et quand passait une belle
Une dame, une demoiselle
On lui montrait nos pectoraux
Fiers, fiers comme des toreros

Elle, quand on la vit venir
On eu tôt fait de pressentir
Que l’amour était en chemin
Déjà on se frottait les mains

Mais c’est un athlète à la manque
Tout juste un joueur de pétanque
Qui arriva et nous a dit :
« J’suis boulanger dans le midi »

Lui, dont le seul exercice
C’était de boire le pastis
Il prit sa main et l’embrassa
Il prit son coeur et l’enlaça

Les jolies filles n’ont cure
De toutes nos musculatures
Elle préfèrent la douceur
De la farine sur un coeur

Pour se consoler du chagrin
Redonner à nos moulins du grains
On se mit à la musique
Geoffray à la guitare acoustique !

Et quand passait une belle
Une dame, une demoiselle
On plaquait deux ou trois accords
Fiers, fiers comme des matadors

Elle, sur un air de guitare
Elle resta une nuit fort tard
On avait vu dans ses grands yeux
Les étincelles d’un grand feu

Mais son boulanger, son turlupin
Lui qui chante qu’en faisant son pain
Vint lui faire trois pom pom pom
Pomponette rentre à la maison

N’allons pas changer les paroles
De l’histoire du bon Pagnol
N’allons pas la déranger
La femme du boulanger

Les jolies filles se foutent
De nos p’tites musiques, sans doute
Elles préfèrent la douceur
De la farine sur un coeur


Paroles des chansons